Qualité, sécurité alimentaire, traçabilité et durabilité. Telles sont nos missions!

Vegaplan publie la version 3.0 du Standard Vegaplan

17.09.2019

A la suite de l’approbation du Guide sectoriel G-040 v4.0 par l’AFSCA, Vegaplan publie la version 3.0 du Standard Vegaplan pour la Production Primaire Végétale. L’a.s.b.l. Vegaplan, qui est responsable de la gestion administrative des Standards Vegaplan et des Guides sectoriels correspondants, œuvre en concertation avec les autorités compétentes, les organisations agricoles et les représentants des acheteurs de produits végétaux. Le Standard Vegaplan comprend toutes les exigences légales et extralégales relatives à la sécurité alimentaire, la lutte intégrée contre les nuisibles (IPM), le développement durable et l’accès aux marchés. Par conséquent, le certificat Vegaplan certifie que les produits livrés sont conformes à la législation et aux exigences de qualité. Comme le Standard Vegaplan comprend intégralement les modules A et B (« Productions végétales » et « Fourrage grossier ») du Guide sectoriel G-040, l’AFSCA a déclaré officiellement le Standard Vegaplan v3.0 équivalent au Guide sectoriel G-040 v4.0. Grâce à cette équivalence, l’agriculteur peut obtenir un certificat combiné, qui lui donnera droit au bonus sur la contribution annuelle à l’AFSCA et une fréquence réduite d’inspection de la part de l’AFSCA si l’ensemble de ses productions sont certifiées. Cet avantage a déjà été accordé à plus de 17000 agriculteurs.

 

Changements importants dans le domaine de la sécurité alimentaire, des techniques culturales durables et de l’IPM

 

L’une des principales nouveautés de la version 3 est la révision en profondeur des exigences relatives à la qualité de l’eau utilisée en opérations pré-récolte et post-récolte ; ces exigences constituent un nouveau chapitre « eaux utilisées pour la production primaire et les opérations connexes » . Ces exigences sont étoffées par une annexe détaillée présentant une analyse de risque et un arbre de décision, deux outils pratiques permettant à l’agriculteur d’appliquer les exigences. Une autre nouveauté est le chapitre « exportation vers des pays tiers ». Il s’agit des règles spécifiques applicables lors d’exportation vers des pays non-membres de la Communauté européenne.

Afin de prévenir les maladies et les ravageurs de la pomme de terre, les exigences phytosanitaires applicables aux plants de pommes de terre ont également été renforcées. Dans le domaine de la protection intégrée des cultures (IPM), une série d'adaptations ont été effectuées et de nouvelles exigences ont été incluses, qui sont déjà entrées en vigueur grâce à une mise à jour de la liste de contrôle. Parmi les exigences spécifiques au secteur figurent la confirmation écrite (niveau 2) que le plastique utilisé dans les fourrages grossiers est apte à entrer en contact avec les aliments pour animaux et l'obligation d'utiliser des gants bleus lors de la récolte des légumes industriels.

 

La version 3 du Standard Vegaplan sera définitivement applicable à partir du 4 décembre 2019

 

La date d’entrée en vigueur définitive du Standard Vegaplan v3.0 est le 4 décembre 2019. A partir de cette date, tous les audits Vegaplan doivent obligatoirement se fonder sur cette version. Cependant, si toutes les parties le désirent, la nouvelle version peut être utilisée dès à présent, c’est pourquoi il est conseillé d’en prendre connaissance au plus vite.

Le cahier des charges est disponible gratuitement sur le site web www.vegaplan.be. Ce site propose aussi un outil permettant à l’agriculteur de constituer sa propre check-liste en fonction de ses activités, ainsi qu’un manuel qui compile les pictogrammes, les listes de contrôles et les procédures qui permettent de se mettre en ordre avec les diverses exigences et enregistrements obligatoires. Tout agriculteur certifié a accès à la banque de données pour vérifier ses statuts de certification. Dans cette banque de données, les agriculteurs certifiés ont aussi la possibilité d’établir des fiches parcellaires électroniques et de partager celles-ci avec les acheteurs de leur choix. L’intégration du Standard Vegaplan tout au long de la chaîne a fait de ce cahier des charges un outil incontournable dans le secteur végétal.

+lire la suite

La lettre d'information été 2019 est disponible !

26.07.2019

+lire la suite

Le rapport annuel 2018 de Vegaplan est disponible !

19.06.2019

2018 est une année de réussite pour Vegaplan. Vous pouvez trouver dans notre rapport annuel un aperçu de nos grandes réalisations et réussites pour 2018 ainsi que nos perspectives pour l'année 2019. 

 

Une fiche parcellaire électronique gratuite

 

Depuis 2018, Vegaplan propose gratuitement une fiche parcellaire sous format électronique, que l'agriculteur peut directement partager avec ses acheteurs ! Cette fiche parcellaire représente donc pour l'agriculteur un outil d'aide ainsi qu'un gain de temps ! Pour l'acheteur, cet outil électronique garantit une homogénéité et une gestion plus efficace de ses fournisseurs. 

 

Vegaplan en chiffres

 

En 2018, il y avait plus de 17.000 exploitations certifiées Vegaplan, soit 57% des agriculteurs en Belgique. Mais la certification Vegaplan couvre encore une plus grande partie de la superficie agricole et donc du volume de la production : 85% de la superficie à production de betteraves sucrières est certifiée, 84% pour les pommes de terre et 81% pour les céréales. 

 

Plus de 1.000 entrepreneurs agricoles certifiés Vegaplan répartis sur toute la Belgique. 

 

6.000 audits ont été réalisés dans le courant de l'année 2018. Les contrôles portant sur la sécurité alimentaire mais aussi sur des exigences sociales et environnementales. Vegaplan a donc de toute évidence apporté son écot à une production sûre et durable de produits primaires végétaux. 

 

Vegaplan en évolution

 

En 2018, le contrôle des zones sans culture dans les parcelles situées en Flandre a été repris dans le cahier des charges. Vegaplan apporte ainsi sa contribution à la protection des cours d'eau. En ce qui concerne les mesures de réduction de la dérive, toujours pour la Flandre, il est spécifié qu'il faut soit utiliser au moins 50% de buses anti-dérive, soit appliquer au moins 50% de technique de réduction de la dérive. Cette mesure est également entrée en application en Wallonie en 2019. En outre, les mesures de prévention de la propagation du souchet comestible ont été harmonisées à des fins de clarification. 

 

C'est aussi en 2018 qu'a été finalisée la nouvelle réalisation de Vegaplan, à savoir le Standard Vegaplan pour les productions horticoles non comestibles. L'atout du nouveau "Standard Vegaplan pour les productions horticoles non comestibles" est sa portée étendue, puisqu'il reprend aussi bien les exigences de l'AFSCA applicables à la production et au négoce de plantes ornementales que les mesures IPM et les exigences du matériel de reproduction au niveau régional. 

 

Enfin, l'a.s.b.l. Vegaplan s'est elle-même élargie en 2018 : les organisations Fresh Trade Belgium (l'Union professionnelle belge des entreprises actives dans le secteur des fruits et légumes) et AVBS (la fédération flamande des plantes ornementales) sont devenus membres de Vegaplan. 

 

Vous pouvez consulter notre rapport annuel en ligne en cliquant sur le lien suivant

Si vous souhaitez imprimer ce rapport, vous pouvez cliquer sur le lien suivant

 

Nous vous souhaitons une excellente lecture ! 

+lire la suite

La lettre d'information printemps 2019 est disponible !

22.05.2019

+lire la suite

La lettre d'information hiver 2019 est disponible !

20.02.2019

+lire la suite

Vegaplan lance un cahier des charges pour le secteur des cultures ornementales

29.01.2019

Après les cultures comestibles, Vegaplan propose à présent aussi un Standard pour les cultures non comestibles (plantes ornementales et pépinières) : le Standard Vegaplan CHNC (pour "cultures horticoles non comestibles"). Le Standard CHNC permet de répondre aussi bien aux exigences légales sous la compétence de l'AFSCA qu'à celles imposées par les Régions, au moyen d'un audit tous les trois ans. Une particularité de ce Standard est qu'il concerne aussi bien le négoce que la production, de sorte que les producteurs de plantes ornementales qui font aussi du négoce peuvent se faire certifier et prétendre à la réduction sur leur contribution annuelle de l'AFSCA. 

 

Vegaplan, le gestionnaire des Guides sectoriels G-040 pour la production primaire végétale et G-033 pour les entrepreneurs de travaux agricoles, ainsi que des Standards Vegaplan (cahier des charges privés) pour la production primaire végétale et pour les entrepreneurs de travaux agricoles, lance à présent le Standard Vegaplan CHNC pour la production primaire non comestible, et couvre ainsi l'intégralité de la production végétale. Ce Standard ne comprend pas de nouvelles obligations pour les producteurs et négociants, puisqu'il s'agit d'une compilation des exigences légales qui leurs sont déjà applicables. Le tableau ci-dessous indique de quoi le Standard CHNC est constitué.

Tableau 1 : les divers éléments repris dans le Standard Vegaplan CHNC

 

L'autocontrôle dans le secteur des plantes ornementales

 

Le Guide sectoriel G-040 module D comprend toutes les exigences légales sous le contrôle de l'AFSCA. 

Tout opérateur au sein de la chaïne alimentaire est soumis à l'obligation d'autocontrôle. Il s'agit de contrôler soi-même que son exploitation répond aux obligations légales en matière de sécurité alimentaire, de qualité et de traçabilité des produits. Pour le secteur des plantes ornementales, l'accent est mis sur la traçabilité et l'obligation de notification. L'outil à disposition du producteur de plantes ornementales pour exécuter son autocontrôle est le module D du Guide sectoriel G-040. Toutes les exigences auxquelles il doit répondre y sont décrites. Le producteur qui fait certifier son autocontrôle par un organisme de certification indépendant a droit à une réduction sur sa contribution annuelle de l'AFSCA et il aura moins de probabilité de se faire contrôler par l'AFSCA. 

Cependant, pour avoir droit à cette réduction, il faut que le producteur fasse certifier son autocontrôle pour l'intégralité de ses activités. Et c'est là que, jusqu'il y a peu, un problème se posait pour le secteur ornemental, car la plupart des producteurs de plantes ornementales sont aussi négociants. Or il n'existait pas de Guide sectoriel pour le négoce en plantes ornementales. Ce Guide vient à présent d'être lancé, il s'agit du G-043 (Guide sectoriel pour le négoce en produits horticoles non comestibles). En se faisant certifier à la fois pour le G-040 et le G-043, les producteurs/négociants en plantes ornementales peuvent désormais prouver leur autocontrôle à l'AFSCA et prétendre à la réduction sur la contribution et à la fréquence d'inspection réduite. 

 

L'IPM pour les plantes ornementales et les exigences de qualité minimales pour le matériel de multiplication

 

Outre ces deux guides sectoriels, le Standard Vegaplan CHNC reprend pour les cultures ornementales aussi les règles de la lutte intégrée contre les ennemis des cultures (IPM - Integrated Pest Management). L'IPM a été instauré par une directive européenne (2009/128/EC) et donne huit principes de base qui permettent au producteur de lutter contre les nuisibles et les maladies d'une façon écologiquement et économiquent responsable. Ces principes, compilés dans une check-liste, sont également repris dans le Standard Vegaplan CHNC. 

En outre, pour la Flandre, le Standard Vegaplan CHNC intègre aussi le contrôle des exigences de qualité minimales pour le matériel de multiplication. Jusqu'à présent, ce contrôle était exécuté par le Département "Landbouw en Visserij". Depuis 2019, il est sous-traité aux organismes de certification indépendants dans le cadre du Standard Vegaplan CHNC. 

En conclusion, le Standard Vegaplan CHNC permet aux producteurs de cultures non comestibles de faire contrôler le respect de diverses réglementations en une seule fois, ce qui représente un gain de temps et d'argent. 

 

Comment se faire certifier pour le Standard Vegaplan CHNC ?

 

La check-liste ainsi que le cahier des charges complet son gratuitement disponibles sur le site web de Vegaplan . Vegaplan offre aussi un outil permettant au producteur de générer sa check-liste personnalisée, reprenant uniquement les exigences qui lui sont applicables en fonction de ses activités. 

Le producteur/négociant doit contacter un OCI (organisme de certification indépendant), qui viendra réaliser un audit dans les neufs mois qui suivent, et, si les exigences sont respectées, délivrer un certificat, dont la durée de validité est de trois ans. Après trois ans, le certificat peut être renouvelé à l'issue d'un nouvel audit. 

 

La liste des OCI , ainsi qu'un outil permettant de leur envoyer une demande d'offre , est également disponible sur le site web de Vegaplan. 

 

Pour plus d'informations relatives au Standard Vegaplan CHNC, n'hésitez pas à contacter Vegaplan par email : info@vegaplan.be ou par téléphone : 02/880 22 00. 

+lire la suite

La lettre d'information automne 2018 est disponible !

27.11.2018

+lire la suite

Nouvelle version du Standard Belbeef d'application à partir du 1er octobre 2018

02.10.2018

Belbeef lance une nouvelle version du Standard Belbeef pour la viande bovine belge. En production animale, l'accent a été mis sur l'aspect "bien-être animal" ainsi que sur le développement d'un Moniteur de durabilité, ceci afin de prouver les initiatives durables mises en place chez nos éleveurs. 
Pour de plus amples informations, veuillez vous référer au site web de Belbeef via le lien suivant:  www.belbeef.be

+lire la suite

Les produits phyto visés par une autorisation temporaire de 120 jours qui est arrivée à échéance peuvent désormais être classés séparément dans le local phyto avec la mention "PPNU - autorisés pour 120 jours"

10.09.2018

De plus en plus de produits phytopharmaceutiques perdent leur autorisation. Cependant, dans certaines situations urgentes, en l'absence d'alternative disponible pour lutter contre une maladie ou un nuisible donné, certains produits font l'objet d'une autorisation temporaire de 120 jours. L'aperçu des produits visés par une telle autorisation est disponible sur fytoweb ou directement via le lien suivant . Le nombre de produits visés par une autorisation temporaire de 120 jours est de plus en plus élevé. En outre, certains produits font l'objet de cette autorisation de façon récurrente tous les ans. 

 

A l'issue de la période de 120 jours, ces produits ne sont plus autorisés et devaient donc, jusqu'à présent, être stockés séparément dans le local phyto avec la mention "PPNU : produits phytopharmaceutiques non utilisables". En tant que tels, ils devaient être remis lors de la collecte d'Agri-Recover qui a lieu chaque année impaire. Cependant, concernant les produits qui font l'objet d'une autorisation temporaire de 120 jours, il semble utile que le surplus de produit puisse être conservé jusqu'à l'année suivant sans être mis sous scellé en cas d'inspection de l'AFSCA. 

 

C'est pourquoi, désormais, l'AFSCA appliquera une tolérance pour le stockage de ces produits. A conditions qu'ils soient conservés séparément des produits autorisés, avec la mention "PPNU - autorisés pour 120 jours" (et donc non plus avec la mention "PPNU : produits phytopharmaceutiques non utilisables"), ils pourront être réutilisés l'année suivante s'ils font à nouveau l'objet d'une nouvelle autorisation de 120 jours. 

 

Quant aux produits dont l'autorisation a été définitivement retirée, ils doivent toujours être conservés en tant que 'PPNU" et devront être remis à Agri-Recover aux moments prévus à cet effet. 

 

Pour plus d'informations à ce sujet, vous pouvez consulter la circulaire de l'AFSCA. 

+lire la suite

La lettre d'information été 2018 est disponible !

08.08.2018

+lire la suite

Pages